En 2017, ETF a pris le parti de restructurer son organisation autour des compétences à même de répondre aux nouveaux besoins des marchés d’infrastructures de transport, d’ériger la prévention des risques en une priorité absolue au cœur de la production et de renforcer son management sur le territoire. Cette organisation garantit une plus grande réactivité opérationnelle de ses équipes, en qualité et en sécurité, ainsi qu’une analyse plus fine et anticipée des attentes de ses clients.

Sur les marchés, ETF a notamment su prendre le virage des activités de régénération des réseaux ferrés, devenues prioritaires en matière d’investissements sur le réseau ferré national. Signe de ce tournant : le début de la suite rapide Zone Dense et le programme de renouvellement de voies Vigirail. ETF a remporté d’importants marchés, notamment le renouvellement de la caténaire sur le RER C et la suite rapide lignes nationales.

ETF a en outre confirmé sa présence sur les marchés de transports urbains, pour l’extension de la ligne 11 du métro parisien, la construction de nouvelles lignes des tramways à Caen, Lyon, Bordeaux, Saint-Etienne et Nice, et pour les premiers grands chantiers de renouvellement des réseaux de tramways français créés dans les années 80 et 90, comme Orléans, Nantes et Strasbourg.

À l’international, ETF continue sa progression aux côtés de VINCI et Eurovia.  En Afrique, avec la poursuite des projets du métro du Caire, la suite rapide transgabonaise, un premier contrat avec VINCI en Guinée-Conakry. Sur le continent américain, avec le contrat de maintenance du métro de Santiago du Chili et de nombreux projets avec Rail Cantech au Canada. En Europe, avec la signature d’un important marché pour ETF Pologne et l’acquisition de TGH, une filiale allemande sur un marché très porteur. Et si ce rachat représente une première pour ETF, sa croissance externe ne devrait pas s’arrêter en 2018.